Les Anglophones à Pau et dans sa région : Récits d’une expérience migratoire

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
ALTER - Arts/Langages : Transitions et Relations

CONTACTS

Directrice : Hélène LAPLACE-CLAVERIE

helene.laplace-claverie @ univ-pau.fr   

 

Directrice adjointe : Emilie GUYARD

emilie.guyard @ univ-pau.fr

 

Secrétariat : 05.59.40.73.76

Muriel Guyonneau

 

Ingénieur d'études : 05.40.17.52.88

Anne-Claire Cauhapé (ac.cauhape @ univ-pau.fr)

             

Appui à la Politique de Recherche : 05.59.40.72.36

Marie-Manuelle Marcos (marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr)

 

 

 

COLLECTION HAL

 

 

UNITA/ Label Université Européenne

 

 

 

 

Voir en plein écran

Laboratoire ALTER

Université de Pau et des Pays de l'Adour
Avenue du Doyen Poplawski
BP 1160
64013 Pau cedex

 

PDF
Vous êtes ici :

Les Anglophones à Pau et dans sa région : Récits d’une expérience migratoireProgramme pluri-annuel 2022 - 2025

Scroll down for English version 

Ce programme bénéficie du financement de : UPPA – DGS2, CDAPBP Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées, Laboratoire ALTER, Conseil Régional, Laboratoire ITEM, GIS EIRE.

 

Présentation générale

Le projet vise à explorer l’implantation anglophone actuelle dans la ville de Pau et dans les Pyrénées-Atlantiques. Il s’intéresse aux résidents issus des pays anglophones du Royaume-Uni, de l’Irlande, des États-Unis et du Canada et à la réalité contemporaine de cette présence méconnue : qui sont ces émigrés ? Quel est leur « parcours migratoire » ?

Grâce à la méthode scientifique de l’histoire orale et à l’organisation de 40 entretiens avec des témoins anglophones, le projet s’intéresse aux éléments constituant l’expérience de la migration, l'intégration et la construction de l'identité pour ce groupe méconnu.

Le projet sera valorisé auprès du grand public grâce à un partenariat avec divers acteurs culturels locaux tels que la médiathèque Labarrère et le cinéma Le Méliès. De plus, les entretiens seront documentés afin de pouvoir être stockés et archivés et ils seront également mis en valeur à travers une exposition itinérante prévue en 2025. 

 

Objectifs du projet :

Le projet s’intéresse à la présence des populations issues de pays anglophones dans les Pyrénées-Atlantiques, et dans l’agglomération paloise en particulier. Les pays d’origine visés sont le Royaume Uni, les États Unis, l’Irlande et le Canada.

Même si des historiens locaux ont étudié l'héritage britannique et américain dans l’agglomération, la réalité contemporaine de la présence de ces étrangers n'est pas vraiment connue. Les objectifs de ce projet sont donc d'identifier ces émigrés d'aujourd'hui et de reconstruire leur expérience migratoire à travers une série d'entretiens oraux.

 

Son intérêt :

Du fait de l'histoire de Pau et de sa région, la question de la migration a surtout été dominée par les études sur l'émigration dans les Amériques (Bruneton-Governatori 1992 ; Dornel 2013). Or, le projet propose un angle d'étude novateur en s'intéressant à la région comme lieu d'arrivée d'une population étrangère issue des pays anglophones précités. L'hypothèse posée dans le cadre du projet est que la région constitue un lieu d'attractivité et d'implantation pour elle. Pourquoi ? Quels en sont les facteurs aujourd'hui ? 

L’histoire de la présence britannique et états-unienne aux XIXe et XXe siècles dans la région est relativement bien documentée, grâce aux travaux de l’historien Tucoo-Chala (Tucoo-Chala 2012 ; 2013). Elle était le fruit d’une « émigration d’élite » propre à l’époque, telle qu’elle a été définie par les historiens de l’immigration (Manning et Trimmer 2020). Par exemple, les recherches sur l'expérience migratoire des états-uniens se sont développées depuis une dizaine d'années, avec une perspective géographique très large (Klekowski von Koppenfels 2014). Ces études, dans le domaine de la sociologie des migrations, portent notamment sur la façon de définir les nord-américains en tant que migrants : n'étant pas situés dans les catégories de migrants les plus pauvres, ni dans les plus riches, comment appréhender cette catégorie ? Conradson and Latham en ont conclu qu'ils étaient en fait entre les deux. Cela a donné lieu à la catégorie du migrant middling (Conradson and Latham 2005).

 

Son caractère novateur :

Si la migration anglophone dans la région de Pau aux XIXe et XXe siècles a déjà fait l’objet de plusieurs études, le projet « Les anglophones à Pau et dans sa région. Récits d'une expérience migratoire » a pour ambition d’aborder une dimension qui n’a jusqu’à présent jamais fait l’objet d’un travail d’ampleur. Afin de combler ce manque en termes d’investigation scientifique, le projet présenté inclut une allocation post-doctorale destinée à accompagner le travail de recherche et à constituer des archives sonores, avec transcription en anglais et traduction en français. La réflexion porte sur le patrimoine mémoriel, sur le lien entre l’oralité et le texte. La méthodologie est fondée sur les cadres théoriques les plus récents (Bergen 2019 ; Boyd and Larson 2014 ; Descamps 2019). Afin de préserver la mémoire de cette expérience migratoire dans le cadre du patrimoine de l’agglomération de Pau, un travail sera mené sur la gestion des données numériques de la recherche.

Aujourd’hui, se développe un intérêt croissant pour l’expérience migratoire et le recours à la pratique de l’entretien pour arriver à en étudier la complexité. Dans cette perspective, les populations originaires des pays anglophones ont été relativement peu étudiées. Quel est le « parcours migratoire » des britanniques, irlandais, canadiens et états-uniens venus à Pau ?

L'angle d'analyse scientifique des données ainsi récoltées est également extrêmement novateur car il propose de se situer à la croisée de l’histoire de la migration et de celle des émotions (Svašek 2010 ; Vermot 2017 ; Plamper 2015 ; Boddice 2017 ; Corbin, Courtine, et Vigarello 2016). Cette approche originale vise en effet à analyser les éléments expérientiels de la migration.

Comment Pau et les Pyrénées sont-elles devenues une destination pour le témoin ? Quelle est l’histoire affective derrière cette construction ? Quel est le rapport des personnes interviewées avec la langue, la langue étrangère et, précisément, avec le français ? Comment racontent-elles le départ, le transit, l’arrivée, les premiers mois de leur installation ? Quelles expressions choisissent-elles pour définir leur parcours ? Ce sera à partir des récits de vie des témoins que nous tenterons de situer leur expérience dans la catégorie des « expatriés » ou celle des « migrants » (Klekowski von Koppenfels 2014). Cette approche permettra également de mieux connaître les ressorts de l'attractivité de Pau et de sa région.

 

La méthodologie utilisée :

L'approche scientifique et méthodologique se fonde sur la méthode de l'histoire orale (détaillée ci-dessous). Les objectifs de cette méthode consistent d'abord à faire connaître le projet à travers une série d'événements organisés localement avec des partenaires culturels privilégiés, dont la Médiathèque Labarrère, et le cinéma Le Méliès à l'occasion notamment du Festival « Rock this Town », qui met en avant un programme expressément axé sur ces pays anglophones. Les associations locales telles que Anglophones et Pau So British seront également impliquées dans l'organisation de ces événements visant à promouvoir le projet et, in fine, à recruter des témoins.

Le projet a été également présenté à la communauté scientifique lors d'un colloque international organisé en amont, en avril 2022, avec des spécialistes reconnus de l'histoire orale, de l'histoire de la migration et de l'histoire des pays anglophones concernés.

Dans un deuxième temps, le projet vise à effectuer des entretiens oraux, enregistrés avec au moins 40 témoins, qui livreront des récits de leur vie et du parcours migratoire les ayant conduits à la région. L’histoire orale permet d'articuler les expériences individuelles et collectives avec l’analyse des processus de mémorialisation. Cette discipline redéfinit des concepts interprétatifs de l’objectivité et de la vérité, en mettant en évidence la relation d’intersubjectivité entre l’historien et les personnes qu’il, ou elle, interroge. Le récit historique fondé sur les témoignages personnels devient alors un outil de la construction mémorielle et permet d’éclairer les événements sous un jour nouveau.

C'est dans ce cadre épistémologique que les porteuses du projet souhaitent effectuer des entretiens avec des résidents anglophones de la région de l’agglomération de Pau. Les témoins seront choisis parmi celles et ceux qui répondront à la campagne de recrutement. Un échantillon d’au moins 40 témoins sera constitué. Pour les entretiens, la méthodologie du « récit de vie », avec des questions semi-structurées, sera privilégiée, car elle permet de percevoir les différentes nuances de l’expérience historique et affective de l’individu (Portelli 2009 ; Perks et Thomson 2016 ; Descamps 2019 ; Ritchie 2015). Les entretiens seront effectués dans la langue maternelle des participants.

 

Actions scientifiques

Séminaire de travail : « Les émotions dans le projet de recherche / La patrimonialisation des données orales », avec Florence Descamps (Maître de conférences HDR en Histoire, EPHE-PSL), et Patricia Heiniger-Castéret (Maître de conférences en Anthropologie, ITEM PAU), organisé par Joana Etchart, Maître de conférences, Civilisation irlandaise et britannique, Simona Tobia, Maître de conférences, Civilisation nord-américaine, et Andrew Milne, Post-doctorant, Civilisation britannique : Salle du Conseil, UFR Lettres. Le mardi 29 novembre 2022, 15h30-17h30.

Séminaire ALTER, Équipe 3, le jeudi 8 décembre, « Le projet ‘les Anglophones à Pau’, l’Histoire orale et la mémoire collective ».

 

Projet porté par :

Laboratoire porteur : ALTER, équipe « Sujets, représentations, sociétés » UPPA :

Joana Etchart, Maître de conférences, Civilisation irlandaise et britannique (porteuse)

Simona Tobia, Maître de conférences, Civilisation nord-américaine (porteuse)

Andrew Milne, Post-doctorant, Civilisation du monde anglophone

UPPA – DGS2, CDAPBP Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées, Laboratoire ALTER, Conseil Régional, Laboratoire ITEM, GIS EIRE.

 

Partenaires :

L’Usine des Tramways, Labarrère Mediathèque.

 

CONTACTS :

anglophones-a-pau @ univ-pau.fr

simona.tobia @ univ-pau.fr

joana.etchart @ univ-pau.fr

andrew.milne @ univ-pau.fr

 

English version 

General Presentation

The project aims to explore the current Anglophone settlement in the city of Pau and in the Pyrénées-Atlantiques. It focuses on residents from the English-speaking countries of the United Kingdom, Ireland, the United States and Canada and the contemporary reality of this little-known presence: who are these emigrants? What is their “migratory journey”?

Through the scientific method of Oral History and the organisation of 40 interviews with English-speakers, the project focuses on the elements of the migration experience, integration and identity construction for this unrecognised group.

The project will be promoted to the general public through a partnership with various local cultural actors such as the Labarrère Media Library and the Le Méliès Cinema. In addition, the interviews will be documented and archived, and they will also be promoted through an itinerant travelling exhibition planned for 2025. 

 

Project Objectives:

The project focuses on the presence of populations from English-speaking countries in the Pyrénées-Atlantiques, and in the Pau conurbation, in particular. The countries of origin targeted are the United Kingdom, the United States, Ireland and Canada.

Although local historians have studied the British and American heritage in the conurbation, the contemporary reality of the presence of these foreigners is not well known. The objectives of this project are therefore to identify these present-day emigrants and to reconstruct their migratory experience through a series of oral interviews.

 

Interest of the Project:

Due to the history of Pau and its region, the issue of migration has been dominated by studies on emigration to the Americas (Bruneton-Governatori 1992; Dornel 2013). However, the project proposes an innovative angle of study by focusing on the region as a place of arrival of a foreign population from the aforementioned English-speaking countries. The hypothesis of the project is that the region is a place of attraction and settlement for them. Why is this so? What are the factors today? 

The history of the nineteenth and twentieth century British and American presence in the region is relatively well documented, thanks to the work of historian Tucoo-Chala (Tucoo-Chala 2012; 2013). It was the product of a period-specific 'elite emigration' as defined by immigration historians (Manning and Trimmer 2020). For example, research on the migratory experience of Americans has developed over the last decade or so, with a very broad geographical perspective (Klekowski von Koppenfels 2014). These studies, in the field of the sociology of migration, focus in particular on how to define North Americans as migrants: as they are not located in the poorest or richest categories of migrants, how can this category be understood? Conradson and Latham concluded that they were in fact somewhere in between. This gave rise to the category of migrant middling (Conradson and Latham 2005).

 

 Its Innovative Character:

Although Anglophone migration in the Pau region in the 19th and 20th centuries has already been the subject of several studies, the project “Anglophones in Pau and its region: a narrative of a migratory experience” aims to tackle a dimension that has never been the subject of a large-scale study until now. In order to fill this gap in terms of scientific investigation, the project presented includes a post-doctoral grant intended to accompany the research work and to constitute sound archives, with transcription in English and translation into French. The reflection focuses on the memorial heritage, on the link between orality and text. The methodology is based on the most recent theoretical frameworks (Bergen 2019; Boyd and Larson 2014; Descamps 2019). In order to preserve the memory of this migratory experience as part of the heritage of the Pau conurbation, work will be carried out on the management of the digital data of the research.

Today, there is a growing interest in the migratory experience and the use of interviews to study its complexity. In this perspective, populations from English-speaking countries have been relatively little studied. What is the 'migration path' of British, Irish, Canadian and American migrants who came to Pau?

The angle of scientific analysis of the data collected in this way is also extremely innovative, as it proposes to place itself at the crossroads of the history of migration and that of emotions (Svašek 2010; Vermot 2017; Plamper 2015; Boddice 2017; Corbin, Courtine, and Vigarello 2016). This original approach aims to analyse the experiential elements of migration.

How did Pau and the Pyrenees become a destination for the people being interviewed? What is the emotional story behind this construction? What is the relationship of the interviewees with language, with foreign language and, specifically, with French? How do they describe the departure, the transit, the arrival, the first months of their settlement? What expressions do they choose to define their journey? Based on the life stories of the witnesses, we will try to situate their experience in the category of 'expatriates' or 'migrants' (Klekowski von Koppenfels 2014). This approach will also allow us to better understand the reasons for the attractiveness of Pau and its region.

 

The Methodology Used:

The scientific and methodological approach is based on the oral history method (detailed below). The objectives of this method are firstly to publicise the project through a series of events organised locally with privileged cultural partners, including the Médiathèque Labarrère, and the cinema Le Méliès on the occasion of the “Rock this Town” Festival, which promotes a programme expressly focused on these English-speaking countries. Local associations such as Anglophones and Pau So British will also be involved in the organisation of these events to promote the project and, ultimately, to recruit witnesses.

The project was presented to the scientific community at an international colloquium in April 2022 with renowned specialists in Oral History, Migration History and the History of the English-speaking countries concerned.

In a second phase, the project aims to carry out oral interviews with at least 40 people, who will give accounts of their lives and the migratory journey that led them to the region. Oral History allows the articulation of individual and collective experiences with the analysis of memorialization processes. This discipline redefines interpretative concepts of objectivity and truth, highlighting the intersubjective relationship between the historian and the people being interviewed. The historical narrative based on personal testimonies then becomes a tool for the construction of memory and allows events to be highlighted from a new angle.

It is within this epistemological framework that the project leaders wish to conduct interviews with English-speaking residents of the Pau metropolitan area. The witnesses will be chosen from among those who respond to the recruitment campaign. A sample of at least 40 people will be selected. For the interviews, the 'life story' methodology, with semi-structured questions, will be favoured, as it allows the different nuances of the individual's historical and affective experience to be perceived (Portelli 2009; Perks and Thomson 2016; Descamps 2019; Ritchie 2015). Interviews will be conducted in the participants' native language.

 

Scientific actions

University Workshop: “Emotions in the Research Project / Patrimonialisation of Oral Data”, with Florence Descamps (Senior Lecturer (Qualified to Supervise) in History, EPHE-PSL), and Patricia Heiniger-Castéret (Senior Lecturer in Anthopogey, ITEM PAU), organised by Joana Etchart, Senior Lecturer, Irish and British Civilisation, Simona Tobia, Senior Lecturer, North American Civilisation, and Andrew Milne, Post-Doctoral Fellow, British Civilisation: Salle du Conseil, UFR Lettres. Tuesday 29 November 2022, 15:30-17:30.

 

ALTER Seminar, Team 3, Thursday 8 December, "The 'Anglophones in Pau' Project, Oral History and Collective Memory".

 

Project supported by:

 

Laboratory: ALTER, team "Sujets, représentations, sociétés" UPPA :

Joana Etchart, Senior Lecturer, Irish and British Civilisation (leader)

Simona Tobia, Senior Lecturer, North American Civilization (leader)

Andrew Milne, Post-Doctoral Fellow, Civilisation of the English-Speaking World

UPPA - DGS2, CDAPBP Communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées – The Conurbation of Pau, ALTER Laboratory, Regional Council, ITEM Laboratory, GIS EIRE.

 

Partners:

Usine des Tramways, Labarrère Media Library.

 

CONTACTS:

anglophones-a-pau @ univ-pau.fr

simona.tobia @ univ-pau.fr

joana.etchart @ univ-pau.fr

andrew.milne @ univ-pau.fr