2019-02-ColloqueRUSKIN

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
ALTER - Arts/Langages : Transitions et Relations

CONTACTS

DIRECTION du laboratoire

Directrice : Hélène LAPLACE-CLAVERIE

helene.laplace-claverie @ univ-pau.fr     

 

Secrétariat : 05.59.40.73.76

Muriel Guyonneau

 

Ingénieur d'études : 05.40.17.52.88

Anne-Claire Cauhapé (ac.cauhape @ univ-pau.fr)

             

Appui à la Politique de Recherche : 05.59.40.72.36

Marie-Manuelle Marcos (marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr)

 

 

Voir en plein écran

Laboratoire ALTER

Université de Pau et des Pays de l'Adour
Avenue du Doyen Poplawski
BP 1160
64013 Pau cedex

 

PDF
Vous êtes ici :

Colloque international Au Prisme de Ruskin "A travers l'éclat d'un kaléidoscope"

Université de Pau et des Pays de l’Adour/ Château de Pau

(Laboratoires ALTER, EA 7504, UPPA / CLIMAS, EA 4196, UBM)

 

 

Programme en français

 

Programme en anglais

 

 

 

 

https://ruskinsfeve2019.sciencesconf.org/

Annual Conference 2019

Mediating Ruskin: “Through a Kaleidoscope, Brightly”

 

Colloque annuel 2019

Au Prisme De Ruskin : « À travers l’éclat d’un kaléidoscope »

 

For now we see through a glass, darkly; but then face to face: now I know in part; but then shall I know even as also I am known. (1 Corinthians 13: 12-13)

 

 

Texte de cadrage en anglais

February 2019 will mark the bicentenary of John Ruskin’s birth and the eminent Victorian’s name and ideas still regularly crop up in a variety of contexts and media on both sides of the Channel and the Atlantic. Like an image fixed on one’s retina long after the contemplated object has been removed, Ruskin’s presence continues to permeate through many writings ranging from architecture and art to economics and environment. Rejected by the Edwardians as the epitome of the stiff, upper-lip Victorian sage, he is now recognized as a major figure for his significant achievements, whether it be his defence of William Turner and the Pre-Raphaelites and his insightful utopic views that nourished Gandhi’s political thought as much as today’s projects on sustainability.

For the members of the French Victorian and Edwardian Society (SFEVE), the anniversary is a timely opportunity to reappraise the ways in which Ruskin’s ideas have been interpreted, translated, transplanted on foreign soil - France but also Italy - and accommodated in the numerous fields that were impacted by his writings.

In a distant echo of one of Ruskin’s often-used lines from the Bible and in homage to classical studies of Ruskin (John Rosenberg’s study of Ruskin, The Darkening Glass, 1986) and to recent, thought-provoking studies (Isobel Armstrong’s Victorian Glassworlds, 2008)this conference aims to explore the filters and theoretical frames through which Ruskin’s ideas have been viewed and appropriated but also distorted, enlarged and perhaps diminished.

Texte de cadrage en français

Février 2019 verra le bicentenaire de la naissance de John Ruskin, éminent critique d’art victorien dont le nom et les idées demeurent à bien des égards et dans de nombreuses disciplines une référence essentielle des deux côtés de la Manche et de l’Atlantique. Telle une image imprimée sur la rétine longtemps après que l’objet contemplé a disparu, la présence de Ruskin continue à imprégner de nombreux écrits dans des domaines aussi variés que l’architecture, l’art, l’économie et l’environnement. Rejeté par la génération édouardienne comme l’incarnation même du penseur victorien moraliste et collet monté, Ruskin fait désormais figure de précurseur et même de visionnaire, tant par sa défense du peintre William Turner que par son soutien aux jeunes Préraphaélites. Au-delà des siècles et des pays, ses visions utopiste sont nourri la pensée politique de personnalités comme Gandhi et sous-tendent aujourd’hui de nombreux projets de société liés à l’environnement et au développement durable.

Pour les membres de la Société Française d’Études Victoriennes et Édouardiennes (SFEVE), cet anniversaire sera l’occasion d’interroger une nouvelle fois la manière dont les idées de Ruskin ont été interprétées, traduites et adaptées hors de l’Angleterre, en France mais aussi en Italie, et de voir comment elles ont été transmises dans les multiples domaines impactés par ses écrits.

Tel un écho lointain d’un des passages de la Bible souvent utilisés par Ruskin et en hommage aux grands classiques des études ruskiniennes (The Darkening Glass (1886) de John Rosenberg) mais aussi aux études récentes et stimulantes sur l’époque victorienne (Victorian Glassworlds (2008) d’Isobel Armstrong), ce colloque a pour objet d’explorer les filtres et les cadres théoriques au travers desquels les idées de Ruskin ont été perçues, adoptées, mais aussi déformées, magnifiées ou au contraire peut-être réduites.

Confirmed Keynote Speakers

Conférenciers invités

- Pr. George Landow

- Pr. Emily Eells, Université Paris Diderot

- Mr. Jérôme Bastianelli, Directeur Général Délégué, Musée du Quai Branly.

Scientific Committee

Comité scientifique

Pr. Bénédicte Coste, Université de Bourgogne-Franche-Comté, France

Dr.Anuradha Chatterjee, University of New South Wales, Australia

Dr. Rachel Dickinson, ManchesterMetropolitan University, UK

Pr. Luc Fraisse, Université de Strasbourg, IUF, France

Dr.Mark Frost, University of Portsmouth, UK.

Pr. Lawrence Gasquet, Université Jean Moulin, Lyon 3, France

Pr. George Landow, Brown University, USA

Pr. Fabienne Moine, Université de Créteil, France

Pr. Emma Sdegno, Universita Ca’ Foscari, Venice, Italy

Clive Wilmer, University of Cambridge, UK.