2019-10-colloque international "le possible et le nécesssaire"

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
ALTER - Arts/Langages : Transitions et Relations

CONTACTS

DIRECTION du laboratoire

Directrice : Hélène LAPLACE-CLAVERIE

helene.laplace-claverie @ univ-pau.fr     

 

Secrétariat : 05.59.40.73.76

Muriel Guyonneau

 

Ingénieur d'études : 05.40.17.52.88

Anne-Claire Cauhapé (ac.cauhape @ univ-pau.fr)

             

Appui à la Politique de Recherche : 05.59.40.72.36

Marie-Manuelle Marcos (marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr)

 

 

 

Voir en plein écran

Laboratoire ALTER

Université de Pau et des Pays de l'Adour
Avenue du Doyen Poplawski
BP 1160
64013 Pau cedex

 

PDF
Vous êtes ici :

Colloque international"LE POSSIBLE ET LE NÉCESSAIRE DOMAINES CONCEPTUELS ET EXPRESSIONS DE LA MODALITÉ"

 
En l’honneur de Paul Larreya

à l'Université de Pau & des Pays de l'Adour

Laboratoires ALTER, UPPA (EA 7504), CeLiSo (EA 7332)  et CLIMAS, UBM (EA 4196)

 

Programme

Organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER), l’Université Bordeaux Montaigne (CLIMAS) et Sorbonne Université (CeLiSo), avec le soutien financier des laboratoires et associations partenaires : ALAES (Association des Linguistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur), ALTER (EA 7504, UPPA), CeLiSo (EA 7332, Sorbonne Université), CLIMAS (EA 4196, UBM), Pléiade (EA 7338, Université Paris 13), PRISMES (EA 4398, Université Sorbonne Nouvelle), le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine.

Le discours peut se concevoir comme un espace où agissent et se confrontent les sujets. Il s’agit d’étudier cette interaction entre sujets sous l’angle de la modalité, notion sémantique qui, dans une de ses définitions couramment admises, correspond aux domaines du possible et du nécessaire. En lien avec les travaux de l’équipe « Sujets, représentations, sociétés » du laboratoire ALTER (Arts/Langages : Transitions et Relations), on s’interrogera sur le partage, la structuration, la conceptualisation et la représentation de cet espace à travers l’expression de la modalité, qui recouvre diverses notions telles que le possible, l’impossible, le nécessaire, le contingent, le certain, le probable, et le vraisemblable.

L’examen des domaines du possible et du nécessaire permet l’étude de plusieurs types de modalité, parmi lesquels on distingue traditionnellement la modalité radicale et la modalité épistémique. Cette dernière, aussi dite parfois « modalité de la connaissance », peut être subdivisée, selon Larreya, en deux sous-catégories : la modalité inférentielle (ou modalité épistémique au sens étroit) et la modalité implicative, qui constitue « une sorte de passerelle sémantique entre les modalités épistémiques et les modalités radicales » (Larreya 1984 : 173). On pourra ainsi, entre autres, revenir sur le découpage du domaine de la modalité, se poser la question du rattachement d’une partie des modalités appréciatives aux domaines du possible et du nécessaire, et des liens entre modalité épistémique, évidentialité et mirativité.

La modalité peut aussi être définie comme la catégorie commentant la « réalité du procès », réalité qui est tout d’abord une idée. Elle permet ainsi d’aborder les questions du vrai et du faux, de la correspondance ou non avec la réalité, du bon et du mauvais, de l’évaluation et du jugement, etc. En d’autres termes, la modalité s’entend, pour beaucoup, comme synonyme de point de vue ou d’attitude du sujet énonciateur, bien qu’elle ne puisse être réduite uniquement à cela.

Les études pourront mettre en évidence l’emploi de (types de) marqueurs privilégiés dans l’expression du possible et/ou du nécessaire, ainsi que la diversité de ces marqueurs. On pense, notamment, aux auxiliaires modaux, aux périphrases et expressions modales, aux verbes de modalité, mais d’autres parties de discours et diverses constructions contribuent également à exprimer une attitude modale.

Plusieurs pistes, qui ne sont pas exclusives, peuvent être envisagées :

-          piste épistémologique : définition des concepts du possible et du nécessaire en linguistique, en lien éventuellement avec d’autres champs disciplinaires ;

-          dimension historique : émergence de marqueurs de modalité, perte de certaines formes de modalisation (subjonctif) ;

-          similitudes et différences entre les divers types de marqueurs utilisés pour l’expression du possible et du nécessaire ;

-          marqueurs et constructions spécialisés ou non dans l’expression de l’un des deux domaines ;

-          approche prosodique de la modalité : interaction entre marqueurs de la modalité et marqueurs prosodiques ;

-          structuration de l’espace de la modalité : d’une part, rapports entre les modalités épistémique, radicale, inférentielle et implicative et d’autre part, lien entre ces modalités et d’autres concepts (évidentialité, mirativité, etc.) ; frontières nettes ou poreuses entre les différents domaines ;

-          distinction ou recoupement entre différentes attitudes langagières que recouvrent le possible et le nécessaire (ex. jugement, évaluation, engagement, etc.) ;

-          attitude de l’énonciateur et dimension pragmatique ;

-          distinction entre modalité et modalisation ;

-          modalité et discours rapporté ;

-          piste dialectologique : modalité et grammaticalisation dans les langues créoles ;

-          types de marqueurs et genres discursifs : expression de la modalité dans divers genres discursifs : discours de spécialité (discours juridique, médical, du commerce, etc.), autobiographie, discours politiques, discussions dans les forums, blogs, etc. ;

-          modalité et enseignement : expression du possible et du nécessaire dans les situations d’apprentissage et acquisition d’une langue seconde ;

-          analyse multimodale et expression du possible et du nécessaire par du non-verbal.

Le but de ce colloque est de faire dialoguer des spécialistes de différentes branches de la linguistique, anglaise, espagnole et française notamment (psycholinguistique, sociolinguistique, pragmatique, morpho-syntaxe, phonologie, etc.). L’éclairage de spécialistes d’autres domaines (psychologie et philosophie, notamment) sera également bienvenu.

(Référence : Larreya, Paul (1984). Le possible et le nécessaire. Modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique. Paris : Nathan Recherche.)

Conférenciers invités

Pierre Cotte, Sorbonne Université

Patrick Dendale, Université d’Anvers

Comité scientifique

Jean Albrespit, Université Bordeaux Montaigne

Viviane Arigne, Université Paris 13

Johan van der Auwera, Université d’Anvers

Kasper Boye, Université de Copenhague

Agnès Celle, Université Paris Diderot

Bert Cornillie, Université de Louvain

Pierre Cotte, Sorbonne Université

Monique De Mattia-Viviès, Aix-Marseille Université

Patrick Dendale, Université d’Anvers

Ilse Depraetere, Université de Lille

Lionel Dufaye, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Roberta Facchinetti, Université de Vérone

Grégory Furmaniak, Université Sorbonne-Nouvelle

Christelle Lacassain-Lagoin, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Laure Lansari, Université Paris Diderot

Jean-Marie Merle, Université Nice Sofia-Antipolis

Juana Marín-Arrese, Université Complutense Madrid

Fabrice Marsac, Université d’Opole

Johanna Miecznikowski, Université de la Suisse italienne - Lugano

Élise Mignot, Sorbonne Université

Bérengère Moricheau-Airaud, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Claude Rivière, Université Paris Diderot

Laurent Rouveyrol, Université Nice Sofia-Antipolis

Raphael Salkie, Université de Brighton

Tracey Simpson, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Comité d’organisation

Jean ALBRESPIT  –  Université Bordeaux Montaigne, Climas

Aurélien DUROU  –  Université de Tours, CeLiSo / ALTER

Christelle LACASSAIN-LAGOIN  –  Sorbonne Université, CeLiSo / ALTER

Élise MIGNOT  –  Sorbonne Université, CeLiSo

Tracey SIMPSON  –  Université de Pau et des Pays de l’Adour, ALTER

 

Calendrier

-          Date limite de soumission : 30 mars 2019

-          Retour des avis du comité scientifique : 15 mai 2019

Langues des communications : français ou anglais

Projet de publication : les contributions écrites retenues par le comité scientifique feront l’objet d’une publication.

Merci d’envoyer votre proposition de communication (500 mots), accompagnée d’une courte notice bio-bibliographique, aux trois membres du comité d’organisation pour le 30 mars 2019. Veuillez indiquer le titre et le(s) nom(s) du/des auteur(e)(s) dans votre mail et joindre le résumé en format texte ou .pdf avec le titre seulement, sans nom d'auteur.

 Appel à communication en français

Appel à communication en anglais 

                     

 

                  

 

                          

 

 

ALAES

Association des Linguistes Anglicistes      

de l’Enseignement Supérieur