L'agit-prop » au théâtre et au cinéma (2e édition)

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
ALTER - Arts/Langages : Transitions et Relations

CONTACTS

Directrice : Hélène LAPLACE-CLAVERIE

helene.laplace-claverie @ univ-pau.fr     

 

Secrétariat : 05.59.40.73.76

Muriel Guyonneau

 

Ingénieur d'études : 05.40.17.52.88

Anne-Claire Cauhapé (ac.cauhape @ univ-pau.fr)

             

Appui à la Politique de Recherche : 05.59.40.72.36

Marie-Manuelle Marcos (marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr)

 

 

 

COLLECTION HAL

 

 

UNITA/ Label Université Européenne

 

Référentes pour ALTER :

Françoise Hapel

Laurence Roussillon-Constanty

 

 

 

Voir en plein écran

Laboratoire ALTER

Université de Pau et des Pays de l'Adour
Avenue du Doyen Poplawski
BP 1160
64013 Pau cedex

 

PDF
Vous êtes ici :

Journée d'étude " L'agit-prop au théâtre et au cinéma (2e édition)"

 

Maison de la recherche de l’université Toulouse-Jean Jaurès - 3 décembre 2021.

Responsables : Hélène Beauchamp (UT2J, LLA CREATIS) et Sylvain Dreyer (UPPA, ALTER)

 

Cette manifestation est la seconde journée d’un cycle consacré à l’histoire et au concept d’agit-prop au théâtre et au cinéma. Une première journée a eu lieu le 6 février 2020 autour de la thématique du corps dans l’agit-prop au théâtre et au cinéma.

Cette seconde journée vise à poursuivre l’état des lieux des activités artistiques associées à « l’agit-prop », notion employée dans différents contextes historiques, politiques et artistiques, considérée plutôt négativement dans l’histoire, dans la mesure où elle incarne la soumission de l’art à la propagande et à l’idéologie. L’« l’agit-prop » souffre en effet d’une carence de définition hors du cadre strictement politique et théâtral de l’URSS des années vingt. Or, il est employé tout au long du XXeme siècle, ses techniques sont utilisées dans des contextes très différents, associés à une urgence ou une actualité politique : en témoignent ses réactualisations dans les années 1970, ou, plus récemment, une exposition de 2015 au Museum of Brooklyn intitulée Agitprop!, qui mêle artistes contemporaines et documents sur l’agit-prop historique  . « L’agit-prop » pourrait alors se penser aussi en tant que forme ou que genre artistique, dont les enjeux révolutionnaires et idéologiques se réactualisent à différents moments historiques.

Par rapport à la première journée qui était centrée sur la représentation des corps, cette seconde journée vise à élargir le champ esthétique, géographique et chronologique de la première journée, ce qui permettra d’envisager une publication. La Revue d’Histoire du Théâtre, dirigée par Léonore Delaunay qui a participé à la première journée, a proposé de prendre en charge la publication des textes issus de ces journées.

Élargissement du champ thématique et esthétique en interrogeant par exemple le statut de la fiction dans l’art d’agit-prop (Sylvain Dreyer). Du champ géographique et culturel en envisageant le théâtre d’agit-prop pendant la guerre d’Espagne et ses liens avec le genre soviétique (Hélène Beauchamp). Du champ historique en interrogeant le théâtre de propagande religieuse au XVIIe siècle bien avant l’agit-prop (Charlotte Bouteille-Meister). Du champ poétique à travers les liens entre théâtre et poésie dans l’agit-prop soviétique (Delphine Rumeau).

Autres chercheurs pressentis : Joaquin Manzi, Sébastien Layerle, Olivier Neveux, Olivier Hadouchi, Catherine Roudé